EMBOUTISSAGE : Méthodes d’élimination des lubrifiants.

Publié par

L’élimination d’un lubrifiant d’emboutissage pose, souvent, autant de problèmes que la lubrification en particulier quand les emboutis doivent recevoir un traitement de zingage, cadmiage etc.           Il existe trois procédés habitels de dégraissage :

– en phase vapeur par solvant chloré.

– par immersion en bac, à l’aide de solvant émulsionnable non chloré ou de détergent alcalin.

– par aspersion en machine à laver ou en tunnel à l’aide de solvant émulsionnable non chloré ou de détergent alcalin.

– DEGRAISSAGE EN PHASE VAPEUR.

Ce procédé est le plus utilisé par les emboutisseurs qui disposent, presque tous, d’une installation de dégraissage par condensation des vapeurs de :

– trichlorure de carbone,

– trichloréthylène,

– perchloréthylène,

– trichloro-éthane,

La toxicité de ces produits allant en décroissant du premier au dernier cité.

Cette technique de dégraissage qui est considérée comme la plus efficace, lorsqu’il s’agit d’huile est considérée comme la plus efficace, lorsqu’il s’agit d’huiles conventionnelles, contenant un savon (pigmenté ou non). Dans ce dernier cas il est nécessaire d’utiliser un des deux autres procédés.

– DEGRAISSAGE PAR IMMERSION.

Ce dégraissage s’effectue en bac différent selon que l’on utilise un solvant émulsionnable non chloré ou un détergent alcalin.

A – AVEC SOLVANT EMULSIONNABLE NON CHHLORE.

On immerge les pièces à dégraisser pendant 5 minutes dans un bain d’eau chauffée à environ 90°C pour décoller les corps gras qui resteont  en grande partie, dans l’eau, puis on les trempe pendant 3 à 5 minutes dans un solvant émulsionnable chauffé, éventuellement à + ou – 35°C max. Pour favoriser le dégraissage on peut prévoir une agitation modérée dans le bac. On termine par un rinçage à l’eau courante froide puis par trempage dans un bac d’eau chaude propre pour accélérer le séchage et diminuer, ainsi, les risques de corrosion du métal.

B – AVEC DETERGENT ALCALIN.

Le procédé est le même que le précédent avec cette différence que l’on remplace le bain de solvant émulsionnable à 35°C par une solution aqueuse à 4 ou 5% de détergent alcalin chauffé à environ 90°C. On termine comme précédemment par un rinçage à l’eau froide puis un rinçage à l’eau chaude.

Après les opérations A et B, popur préserver de la rouille les pièces dégraissées on leur fait, parfois, subir une légère phosphatation. Ce traitement favorise, également, l’accrochage des peintures, s’il y a lieu.

– DEGRAISSAGE PAR ASPERSION.

Ce procédé est plus efficace que celui par immersion car il ajoute une action mécanique à l’action détergente. Les conditions diffèrent également, selon que l’on utilise un solvant émulsionnable non chloré ou un détergent  alcalin.

A – AVEC SOLVANT EMULSIONNABLE NON CHLORE.

On règle l’émulsion de solvant non chloré à 5 ou 10%, suivant besoin, dans l’eau froide que l’on chauffe à 35°C ou mieux, on utilise pour réaliser l’émulsion de l’eau déjà à température.

Les pièces sont abondamment arrosées par jets sous pression. On termine l’opération, comme précédemment, par deux rinçages successifs; à l’eau froide puis à l’eau chaude et , éventuellement, par une phosphatation légère.

B – AVEC DERTERGENT ALCALIN.

Ce type de produit, plus souvent utilisé dans le procédé par aspersion qu’un solvant émulsionnable s’emploie comme ce dernier, mais à des doses généralement, beaucoup plus faible de l’ordre de +ou- 3% et à une température de 90°C environ. Ce type de produit est, souvent plus efficace que le précédent. En fin d’opération on procède aux mêmes traitements que précédemment.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s