Laminage à froid des produits plats.

Publié par

Les épaisseurs minimales réalisées industriellement par les trains à bandes continus à chaud sont de l’ordre de 1,2 mm. Pour obtenir des épaisseurs plus faibles, l’opération de laminage à froid est actuellement indispensable. Elle permet d’atteindre sur train continu, dans de bonnes conditions de lubrification, l’épaisseur de 0,18 mm. Outre la possibilité de réalisation d’épaisseurs plus faibles, le laminage à froid présente, par rapport au laminage à chaud, d’autres avantages : excellent aspect de surface, amélioration des tolérances dimensionnelles et des propriétés métallurgiques (en particulier dans le domaine de l’emboutissage).

Le cycle des opérations de l’usine à froid s’applique aux bobines laminées à chaud et comporte quatre étapes principales :

  • le décapage qui prépare la bande à l’opération suivante en enlevant l’oxyde formé à sa surface au cours du laminage à chaud et du refroidissement ultérieur ;
  • le laminage dont le rôle est de réduire l’épaisseur de la bande à la valeur désirée ;
  • le recuit destiné à régénérer la structure cristalline du métal ;
  • le skin-passage qui permet d’effacer le palier de limite élastique qui subsiste après recuit (sauf sur les aciers décarburés), d’imprimer la rugosité recherchée et d’améliorer la planéité.

Les autres opérations de l’usine à froid de tôle non revêtue concernent le dégraissage avant recuit de la bande laminée avec une huile à haut indice de saponification ainsi que le parachèvement des produits : inspection de surface, coupe de feuilles à longueur, refendage de bobines, conditionnement, etc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s