Décisions des sociétés pétrolières en réponse à l’envahissement de l’Ukraine par la Russie.

Publié par

Equinor annonce l’arrêt de ses investissements en Russie et son retrait progressif de ses coentreprises russes.

bp annonce sa décision de sortir de sa participation de 19,75% dans Rosneft. Le directeur général de bp, Bernard Looney démissionne du conseil d’administration de Rosneft avec effet immédiat.

Shell annonce son intention de se retirer de ses coentreprises avec Gazprom et des entités liées, y compris sa participation de 27,5 % dans l’installation de gaz naturel liquéfié Sakhalin-II, sa participation de 50 % dans Salym Petroleum Development et Gydan energy venture. Shell a également l’intention de mettre fin à sa participation au projet de gazoduc Nord Stream 2.

TotalEnergies condamne l’agression militaire de la Russie envers l’Ukraine et annonce qu’elle n’apportera plus de capital à de nouveaux projets en Russie.

ExxonMobil annonce son intention de sortir de l’entreprise Sakhalin-1 et de ne plus investir dans de nouveaux développements en Russie. ExxonMobil exploite le projet Sakhalin-1 pour le compte d’un consortium international d’entreprises japonaises, indiennes et russes.

Galp a décidé de suspendre tout nouvel achat de produits pétroliers sourcés en Russie ou auprès d’entreprises russes.

WintershallDEA annonce sa décision de ne pas mettre en œuvre des projets de gaz et de production pétrolière en Russie et d’annuler son financement de Nord Stream 2 pour un montant total d’environ 1 milliard d’euros.

OMV annonce sa décision de ne pas poursuivre les négociations avec Gazprom sur l’acquisition potentielle d’une participation de 24,98 % dans le développement de la phase Achimov 4A/5A dans le champ de gaz et de condensats d’Urengoy en Sibérie occidentale et de résilier le contrat de vente daté du 3 octobre 2018.

Sonatrach propose de soutenir ses partenaires européens en cas de difficultés d’approvisionnement en gaz.

ENGIE rappelle que le Groupe n’a pas d’activité industrielle en Russie et ne développe pas de projets d’investissements sur ce territoire. ENGIE en tant que prêteur dans le projet le projet Nord Stream 2 exposé à un risque de crédit pour un montant maximal de 987 millions d’euros qui pourrait se matérialiser notamment en cas de dépôt de bilan.

Mitsui poursuit ses discussions avec ses partenaires, y compris le gouvernement japonais, concernant ses activités énergétiques en Russie et d’éventuelles lignes de conduite futures, tout en tenant compte des besoins en approvisionnement énergétique.

Lors de la présentation des résultats annuels, Technip Energies a annoncé avoir cessé de travailler sur toute nouvelle opportunité commerciale en Russie.

Origine : Communiqué Europétrole

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s