Comment l’Europe peut réduire considérablement les importations de gaz naturel en provenance de Russie en un an.

Publié par

L’ AIE fournit un plan en 10 points à l’Union européenne pour réduire la dépendance à l’égard des approvisionnements russes de plus d’un tiers tout en soutenant le Green Deal européen, avec des options d’urgence pour aller plus loin

L’Union européenne pourrait réduire ses importations de gaz naturel russe de plus d’un tiers d’ici un année grâce à une combinaison de mesures qui seraient conformes au Green Deal européen et soutiendraient la sécurité et l’accessibilité énergétiques, selon une nouvelle analyse de l’AIE.

La dépendance de l’Europe à l’égard du gaz naturel importé de Russie a de nouveau été mise en évidence par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le plan en 10 points de l’AIE pour réduire la dépendance de l’Union européenne à l’égard du gaz naturel russe comprend une série d’actions complémentaires qui peuvent être prises dans les mois à venir, telles que se tourner davantage vers d’autres fournisseurs, puiser dans d’autres sources d’énergie et accélérer les efforts pour fournir aux consommateurs , les entreprises et l’industrie avec les moyens d’utiliser des alternatives propres et efficaces au gaz naturel. Les mesures proposées sont pleinement cohérentes avec le Green Deal européen de l’UE et son paquet Fit for 55, ouvrant la voie à de nouvelles réductions d’émissions dans les années à venir.

En 2021, l’Union européenne a importé 155 milliards de mètres cubes de gaz naturel de Russie, ce qui représente environ 45 % des importations de gaz de l’UE et près de 40 % de sa consommation totale de gaz. Les progrès vers les ambitions de zéro net de l’Europe réduiront son utilisation et ses importations de gaz au fil du temps, mais la crise actuelle soulève la question spécifique des importations en provenance de Russie et de ce qui peut être fait de plus dans un avenir immédiat pour les réduire.

« Plus personne ne se fait d’illusions. L’utilisation par la Russie de ses ressources en gaz naturel comme arme économique et politique montre que l’Europe doit agir rapidement pour être prête à faire face à une incertitude considérable sur l’approvisionnement en gaz russe l’hiver prochain », a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE .. « Le plan en 10 points de l’AIE propose des mesures pratiques pour réduire la dépendance de l’Europe vis-à-vis des importations de gaz russe de plus d’un tiers en un an tout en soutenant le passage à une énergie propre de manière sûre et abordable. L’Europe doit rapidement réduire le rôle dominant de la Russie sur ses marchés de l’énergie et développer les alternatives le plus rapidement possible.

Barbara Pompili, ministre française de la Transition écologique, qui assure actuellement la présidence de l’UE, a déclaré : « Plus que jamais, se débarrasser des combustibles fossiles russes et des combustibles fossiles en général est essentiel. Ce qui est en jeu, c’est à la fois la nécessité d’accélérer la lutte contre le changement climatique et, on le voit désormais, la sécurité énergétique à court terme du continent européen. Le plan en 10 points proposé aujourd’hui par l’AIE va enrichir notre réflexion. Nous reviendrons en détail sur ces propositions, le président français ayant annoncé hier un vaste plan de résilience pour la France. Dans le cadre de ce plan, mon administration travaille sur un ensemble de mesures pour assurer la robustesse de notre système énergétique, qui feront certainement écho aux propositions de l’AIE. »

Kadri Simson, commissaire européen à l’énergie, a déclaré : « Réduire notre dépendance au gaz russe est un impératif stratégique pour l’Union européenne. Ces dernières années, nous avons déjà fortement diversifié notre offre, en construisant des terminaux méthaniers et de nouvelles interconnexions. Mais l’attaque de la Russie contre l’Ukraine est un moment décisif. La semaine prochaine, la Commission proposera une voie pour que l’Europe devienne indépendante du gaz russe dès que possible. L’analyse de l’AIE décrit un certain nombre de mesures concrètes que nous pouvons prendre pour atteindre cet objectif. C’est une contribution très opportune et précieuse à notre travail.

Les principales actions recommandées dans le plan en 10 points de l’AIE incluent la non-signature de nouveaux contrats gaziers avec la Russie ; maximiser les approvisionnements en gaz provenant d’autres sources; accélérer le déploiement du solaire et de l’éolien ; tirer le meilleur parti des sources d’énergie existantes à faibles émissions, telles que le nucléaire et les énergies renouvelables ; et intensifier les mesures d’efficacité énergétique dans les foyers et les entreprises.

Ensemble, ces mesures pourraient réduire les importations de gaz russe de l’Union européenne de plus de 50 milliards de mètres cubes, soit plus d’un tiers, d’ici un an, estime l’AIE. Cela tient compte de la nécessité de recharger davantage les installations européennes de stockage de gaz en 2022. De nombreuses actions recommandées dans le plan – notamment le renforcement des mesures d’efficacité énergétique, l’accélération du déploiement des énergies renouvelables et l’expansion des sources à faibles émissions de flexibilité du système électrique – sont des éléments clés de la feuille de route de l’AIE vers Net Zero d’ici 2050.

L’analyse de l’AIE note que d’autres voies s’offrent à l’UE si elle souhaite ou doit réduire encore plus rapidement sa dépendance au gaz russe – mais avec des compromis importants. La principale option à court terme consisterait à abandonner la consommation de gaz dans le secteur de l’électricité via une utilisation accrue du parc européen au charbon ou en utilisant des combustibles alternatifs, tels que le pétrole, dans les centrales électriques au gaz existantes.

Étant donné que ces alternatives à l’utilisation du gaz ne sont pas alignées sur le Green Deal européen, elles ne sont pas incluses dans le plan en 10 points décrit ci-dessus. Ils peuvent également être coûteux d’un point de vue économique. Cependant, ils pourraient déplacer de grands volumes de gaz relativement rapidement. Si l’option de changement de combustible devait être pleinement exercée en plus de la mise en œuvre complète du plan en 10 points décrit ci-dessus, cela entraînerait une réduction annuelle totale des importations européennes de gaz en provenance de Russie de plus de 80 milliards de mètres cubes, ou plus de la moitié, tout en entraînant une baisse modeste des émissions globales.

Réduire la dépendance à l’égard du gaz russe ne sera pas simple pour l’UE, car elle nécessitera un effort politique concerté et soutenu dans de multiples secteurs, parallèlement à un dialogue international solide sur les marchés de l’énergie et la sécurité. Il existe de multiples liens entre les choix politiques de l’Europe et les équilibres plus larges du marché mondial. Le renforcement de la collaboration internationale avec les pipelines alternatifs et les exportateurs de GNL – ainsi qu’avec d’autres grands importateurs et consommateurs de gaz – sera essentiel. Une communication claire entre les gouvernements, l’industrie et les consommateurs est également un élément essentiel pour une mise en œuvre réussie. En tant que principale autorité énergétique mondiale, l’AIE continuera de servir de point focal pour le dialogue mondial sur la manière d’assurer un avenir énergétique sûr et durable.

Les 10 pointes

1- Ne pas signer de nouveaux contrats de fourniture de gaz avec la Russie. [Impact : Permet une plus grande diversification de l’approvisionnement cette année et au-delà]

2- Remplacer les approvisionnements russes par du gaz provenant de sources alternatives [Impact : Augmente l’approvisionnement en gaz non russe d’environ 30 milliards de mètres cubes en un an]

3- Introduire des obligations minimales de stockage de gaz [ Impact : Renforce la résilience du système gazier d’ici l’hiver prochain]

4- Accélérer le déploiement de nouveaux projets éoliens et solaires [Impact : Réduit la consommation de gaz de 6 milliards de mètres cubes en un an]

5- Maximiser la production d’électricité à partir de la bioénergie et du nucléaire [Impact : Réduit la consommation de gaz de 13 milliards de mètres cubes en un an]

6- Adopter des mesures fiscales à court terme sur les bénéfices exceptionnels pour protéger les consommateurs d’électricité vulnérables des prix élevés [Impact : Réduit les factures d’énergie même lorsque les prix du gaz restent élevés]

7- Accélérer le remplacement des chaudières à gaz par des pompes à chaleur [Impact : Réduit la consommation de gaz de 2 milliards de mètres cubes supplémentaires en un an]

8- Accélérer les améliorations de l’efficacité énergétique dans les bâtiments et l’industrie [Impact : Réduit la consommation de gaz de près de 2 milliards de mètres cubes en un an]

9- Encourager une réduction temporaire du thermostat de 1 °C en consommateurs [Impact : Réduit la consommation de gaz d’environ 10 milliards de mètres cubes en un an]
Intensifier les efforts de diversification et de décarbonisation des sources de flexibilité du système électrique [Impact : Desserre les liens étroits entre l’approvisionnement en gaz et

10- Intensifier les efforts pour diversifier et décarboner les sources de flexibilité du système électrique (Impact : assouplir les liens étroits entre l’approvisionnement en gaz et la sécurité électrique de l’Europe)

Origine : Communiqué AIE

Site internet : https://www.iea.org/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s