RENAULT A RENOUÉ AVEC LES BÉNÉFICES EN 2021.

Publié par

Le groupe Renault est revenu dans le vert en 2021 avec un résultat net de près d’un milliard d’euros, en faisant des économies et en augmentant ses prix de vente moyens.

Après une année 2020 catastrophique, le groupe a enregistré en 2021 un chiffre d’affaires de 46,2 milliards d’euros, en hausse de 6,3% malgré une forte baisse de ses ventes avec la crise des semi-conducteurs, a précisé Renault vendredi.

« Renault is back », s’est félicité le directeur général du constructeur français, Luca de Meo, lors d’une conférence de presse. « On a su démontrer qu’on pouvait faire face à l’adversité ». Le résultat net s’élève à 967 millions d’euros, et la part du groupe à 888 millions d’euros.

Ces résultats meilleurs que prévu sont notamment dus à la nouvelle politique commerciale du groupe, axée sur la valeur et non sur le volume, avec des véhicules vendus plus chers à destination des particuliers et moins à des flottes d’entreprises et de loueurs, a expliqué Renault.

Les voitures hybrides et électriques, qui représentent désormais 30% des ventes européennes, participent également à cette hausse des prix moyens.

Avec les bonnes ventes du nouveau SUV Arkana et de la gamme de véhicules utilitaires, cette politique a permis de compenser la baisse des ventes de 4,5% sur l’année, a souligné Renault.

La hausse du prix des matières premières a pesé à hauteur de 468 millions d’euros, tandis que Nissan, partenaire de Renault dans l’Alliance, a participé à son résultat à hauteur de 380 millions d’euros. Le groupe a également bénéficié d’une centaine de millions d’euros de chômage partiel.

Le groupe a souligné avoir réalisé avec un an d’avance son plan d’économies sur les coûts fixes de deux milliards d’euros, qui prévoyait 2.500 suppressions de postes, notamment dans l’ingénierie.

Le groupe ne versera cependant pas de dividende pour 2021, en attendant des jours meilleurs.

Les investisseurs sont restés dubitatifs face à ces annonces : après un léger décollage en début de journée, l’action Renault a terminé presque stable (-0,04% à 36,32 euros) à la Bourse de Paris.

En 2022, le Losange mise beaucoup sur sa Mégane électrique, qui doit le positionner sur le marché des compactes électriques, notamment face à l’ID3 de Volkswagen. Le groupe compte également sur sa nouvelle familiale, la Dacia Jogger, et sur le Renault Austral, qui doit le faire revenir sur le marché rémunérateur des SUVs compacts, face au Peugeot 3008.

Renault a également annoncé la présentation d’un concept-car à hydrogène pour le mois de mai.

300.000 véhicules non produits

« Cette performance est liée aux premiers succès de la stratégie du Groupe, favorisant la valeur au volume, et à sa stricte discipline financière », a souligné Clotilde Delbos, directrice financière de Renault. « Cela nous a permis d’atteindre de façon pérenne et avec un ou deux ans d’avance certains objectifs de Renaulution ».

Comme un symbole des nouvelles priorités du groupe, Clotilde Delbos va quitter la direction financière du groupe pour se concentrer sur la division de nouvelles mobilités de Renault, Mobilize. Elle est remplacée par son adjoint Thierry Piéton.

Dans un secteur encore lourdement impacté par la crise des semi-conducteurs, notamment au premier semestre, le groupe prévoit une perte de 300.000 véhicules sur la production 2022, après une perte de 500.000 en 2020. Sa marge opérationnelle devrait être supérieure ou égale à 4%, contre 3,6% en 2021.

La section CFDT du groupe s’est félicitée de ces résultats, précisant cependant qu’elle resterait « particulièrement attentive à l’évolution de la transition du thermique vers l’électrique avec la mise en production de véhicules propres en Europe ainsi qu’aux engagements pris sur les sites de production en France.

Regrettant une forte baisse des investissements et décrivant une dégradation des conditions de travail, la CGT a condamné de son côté une stratégie qui « répond aux seules sollicitations des marchés financiers, et non pas aux besoins des populations ».

Renault a également annoncé qu’il allait étudier un regroupement de ses activités par énergie, avec une entité en France consacrée à l’électrique, et une entité hors de France consacrée aux voitures thermiques et hybrides.

tsz/ico/lum/bt

PDF (315.79 Ko)

Télécharger

© 2022AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s