PARAMETRES A SUIVRE SUR UN CIRCUIT HYDRAULIQUE.

Publié par

Pour une bonne surveillance du circuit hydraulique, trois paramètres sont à mesurer régulièrement :

  • la pression  
  • la température
  • – le débit                                                                                                                                                                             

LA PRESSION :

En hydrostatique, la pression est engendrée par la charge. C’est donc le paramètre le plus important qui doit être réglé et contrôlé dans un équipement hydraulique.

La mesure de pression est la base de la recherche de panne en hydraulique.

De plus en plus souvent, de nombreux constructeurs proposent sur le marché des système de contrôle de pression avec capteur et boîtier portable à lecture digitale. Cela permet une manipulation aisée et la mémorisation des crêtes de pression (coup de bélier) invisibles sur un manomètre classique.

Où mesurer les pressions ?

 – : Au refoulement de la pompe. C’est l’endroit prioritaire et obligatoire, la valeur de  pression indiquée par est souvent celle-ci.

Elle donne la pression de refoulement de la pompe, ainsi que la perte de charge de tout l’équipement lorsqu’il fonctionne à charge nulle.

– Aux admission et retour des récepteurs. Permet de vérifier les pertes de charge sur la ligne retour et surtout de contrôler les réglages des appareils de pression.

– Contre-pression dans la ligne de chaînage externe (valeur maxi admissible 2 – 3 bar).

LE DEBIT : 

En hydrostatique, le débit détermine la vitesse des récepteurs. Dans un système bien dimensionné et avec des composants de qualité, le débit est peu influencé ( moins de 5% de variation ) par la pression, un peu plus par la température ( viscosité de l’huile ).

Les moyens de contrôle du débit sur une machine sont assez difficiles à mettre en place, car cette opération se fait obloigatoirement avec le montage d’un débimètre en ligne. Cet appareil étant rarement plaçé à demeure sur une installation monter et le démnter après mesure.

Les utilisateurs par simplicité mesurent les vitesses de déplacement des récepteurs (tours/minutye ou m/s )

Une diminution de la vitesse du récepteur par rapport aux réglages initiaux indique une fuite interne quelque part dans le circuit.

En maintenance conditionnelle, la mesure régulière du débit de fuite sur le drain externe d’une pompe ou d’un moteur permet d’en apprécier le rendement volumétrique, directement lié à l’état d’usure. Attention ! pour être exploitable, ce suivi doit s’effectuer toujours dans les mêmes conditions de mesure (pression et température).

La température.

La température représente un pourcentage élevé des cas de destruction. Une vérification régulière des températures de fonctionnement des équipements hydrauliques est vivement conseillée.

La température a une action multiple sur la durée de vie des composants (conditions de lubrification) et sur la durée de vie de l’huile (stabilité thermique et à l’oxydation).

Où doit-on mesurer la température de l’huile ?

– Si possible, au point le plus chaud, c’est-à-dire sur la pompe, le plus près possible du drain s’il est externe, ou du refoulement de l’huile si le draînage est interne.

Dans le cas d’une pompe à cylindrée  variable, il est intéressant de noter la température quand la pompe est en annulation de débit.

Cette température (mesurée sur la paroi métallique par thermomètre à contact avant de rajouter 10°C) conditionne le choix de la viscosité de l’huile ou l’augmentation de la capacité de refroidissement.

– La mesure de la température de l’huile dans la bâche ne présente qu’un intéret limité.

– Quand il y a présence d’un échangeur, la connaissance de la variation de température est intéressante pour sa sécurité de service.

ON PEUT NOTER COMME CAUSES D’ECHAUFFEMENT :

==) Limiteur de pression anormalement ouvert,

==) Mélange air-huile (huile mal désaérée),

==) Composants sous-dimensionnés,

==) Fonctionnement prolongé à débit nul et pression maxi, avec une pompe à cylindrée variable,

==) Fonctionnement prolongé à faible vitesse et haute pression pour un moteur hydraulique,

==) Mauvais échange thermique naturel (mauvaise ventilation),

==) Réservoir d’huile trop petit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s