Repsol mène le premier projet pilote HVO en Espagne.

Publié par
Repsol

Repsol, en coopération avec Bilbobus et Alsa, a lancé le premier projet pilote en Espagne pour utiliser de l’huile végétale hydrotraitée (HVO), un biocarburant avancé qui répond aux exigences de la directive sur les énergies renouvelables (RED) de l’Union européenne (UE) pour la certification en tant que un carburant durable. Le HVO est considéré comme un carburant à zéro émission nette1.

HVO respecte également toutes les exigences techniques pour garantir son utilisation dans les véhicules à moteur diesel de Bilbobus sans modifications du moteur. Bilbobus est exploité par Alsa, la plus grande compagnie de transport d’autocars d’Espagne.

Au cours des quatre prochains mois, 12 bus de la flotte de Bilbobus, la ligne de bus de la ville de Bilbao, fonctionneront avec des biocarburants avancés à base de résidus.

Le projet contribuera à économiser environ 300 tonnes d’émissions de dioxyde de carbone (CO2) pendant la phase pilote. Le projet pilote vise à démontrer que les biocarburants avancés à base de résidus offrent une partie de la solution pour atteindre les objectifs de durabilité de la mobilité routière en aidant à diversifier la matrice énergétique de l’Espagne. Dans ce cas, les plus de 100 000 litres de carburant qui seront utilisés dans le projet seront fournis par le Repsol Technology Lab.

Alsa, une entreprise leader de la mobilité en Espagne et l’un des partenaires stratégiques de Repsol, a rejoint ce projet pilote avec sa flotte Bilbobus dans le cadre de sa stratégie d’innovation. Un élément clé de cette stratégie est axé sur la recherche de solutions pouvant conduire à la réduction de l’empreinte carbone des opérations de l’entreprise. Le projet reflète également l’engagement d’Alsa à mener la transition écologique vers des flottes à zéro émission en Espagne.

Repsol, en ligne avec son engagement à devenir une entreprise à zéro émission nette d’ici 2050, entend renforcer son rôle d’acteur majeur de la transition énergétique et de fournisseur clé d’éco-carburants pour les transports, basés sur l’économie circulaire.

Ce projet impliquant la flotte Bilbobus, opérée par Alsa, est mené avec la participation du Repsol Technology Lab, un centre de recherche de pointe regroupant 240 scientifiques et chercheurs. En plus de fournir le carburant utilisé dans le projet, le laboratoire technologique Repsol a également effectué les tests nécessaires pour s’assurer que le carburant répond aux normes de qualité requises par les spécifications techniques et de durabilité de la directive de l’Union européenne sur les énergies renouvelables.

Nouvelle directive européenne
L’Union européenne suit déjà une feuille de route basée sur la nouvelle directive qui prévoit qu’au moins 14 % des carburants de transport proviendront d’énergies renouvelables d’ici 2030. Le Plan national intégré énergie-climat (PNIEC) espagnol est encore plus ambitieux à cet égard, visant à que les énergies renouvelables représentent au moins 28% des carburants de transport d’ici 2030. Avec ce projet, en collaboration avec Bilbobus et Alsa, Repsol s’efforce d’aller au-delà de ces réglementations avec un carburant 100% renouvelable, faisant ainsi des progrès décisifs vers son objectif de devenir un entreprise neutre en carbone d’ici 2050.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) considère les biocarburants comme un levier clé de la décarbonation progressive des transports, notamment après 2030 dans les secteurs confrontés à des obstacles à l’électrification.

Repsol incorpore des biocarburants dans ses carburants automobiles depuis plus de deux décennies. La teneur en biocarburants a augmenté au cours des dernières années – les biocarburants représentaient 9,5 % de l’énergie en 2021 – conformément aux exigences réglementaires espagnoles qui donnent suite aux engagements pris par le pays avec l’UE.

1 Du point de vue de l’analyse du cycle de vie, le CO2 émis par les véhicules utilisant ces carburants est entièrement compensé par le CO2 extrait de l’atmosphère par la culture des légumes dont les résidus sont ensuite utilisés pour obtenir les biocarburants avancés ou les carburants circulaires à base de déchets. Par conséquent, sur la base de cette analyse, ces carburants sont considérés comme produisant des émissions nettes nulles. De plus, la biomasse est considérée comme telle dans la directive européenne sur les échanges de quotas d’émission de CO2 2003/87/CE et dans l’inventaire national espagnol des émissions (basé sur les lignes directrices du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). (Source: fuelsandlubes 21/6/21)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s