bp va explorer le potentiel de production d’hydrogène vert en Égypte.

Publié par

bp a signé un protocole d’accord (MoU) avec le gouvernement égyptien en vertu duquel il explorera le potentiel d’établissement d’une nouvelle installation de production d’hydrogène vert dans le pays.

Le protocole d’accord a été signé par bp, l’Autorité égyptienne des énergies nouvelles et renouvelables (NREA), la Société égyptienne de transmission d’électricité (EETC), l’Autorité générale de la zone économique du canal de Suez (SCZONE) et le Fonds souverain égyptien pour l’investissement et le développement (TSFE) .

Dans le cadre du protocole d’accord, bp réalisera plusieurs études pour évaluer la faisabilité technique et commerciale du développement d’un hub d’exportation d’hydrogène vert (gH2) multiphase à grande échelle en Égypte. Il est prévu que les emplacements à fort potentiel à travers l’Égypte soient pris en compte dans le cadre de l’étude de faisabilité, ciblant les meilleures ressources de leur catégorie. L’hydrogène vert est produit par l’électrolyse de l’eau, alimentée par des énergies renouvelables.

Anja-Isabel Dotzenrath, vice-présidente exécutive du gaz et de l’énergie à faible émission de carbone de bp, a déclaré : « bp est fier de sa longue histoire en Égypte et de son rôle important dans l’industrie énergétique du pays. L’Égypte possède des ressources énergétiques renouvelables de classe mondiale, et nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement pour explorer comment nous pouvons soutenir son ambitieuse stratégie à faible émission de carbone.

Ayman Soliman, directeur général de TSFE , a déclaré : « La transition vers un système énergétique bas carbone n’est plus une option mais une nécessité, comme l’a réaffirmé le monde entier lors de la COP27. Nous sommes fiers de ce protocole d’accord avec bp, démontrant notre rôle de catalyseur de cette transition, offrant aux investisseurs une multitude de sources d’énergie renouvelables, un emplacement optimal pour l’exportation et un écosystème favorable aux investisseurs. Il s’appuie sur le portefeuille d’hydrogène vert de TSFE et complète notre stratégie et notre mandat de transformer l’Égypte en une plaque tournante régionale pour l’énergie verte.

Nader Zaki, président régional de bp, Moyen-Orient et Afrique du Norda déclaré : L’élargissement du mandat de nos activités en Égypte témoigne de l’engagement à long terme de bp envers l’Égypte. Ce protocole d’accord s’appuie sur les efforts de l’Égypte pour être une plaque tournante énergétique régionale et nous sommes heureux de pouvoir être un partenaire stratégique pour soutenir les plans de transition vers l’énergie verte du pays.

L’hydrogène est l’un des cinq moteurs de croissance de la transition énergétique de bp. À l’échelle mondiale, bp travaille sur un portefeuille important et croissant d’options pour le développement de projets d’hydrogène vert et bleu dans des marchés favorisés du monde entier, y compris des développements potentiels au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, au Moyen-Orient, aux États-Unis et en Australie.

Remarques :

   – bp a une longue et fructueuse expérience en Égypte, qui remonte à près de 60 ans avec des investissements totalisant plus de 35 milliards de dollars.
   – bp exploite l’important développement gazier du delta du Nil occidental (WND) qui produit actuellement environ 900 millions de pieds cubes par jour (mmcfd) de gaz et 27 000 barils par jour (mbj) de condensat. Le développement comprend cinq gisements de gaz à travers les blocs de concession offshore nord d’Alexandrie et ouest de la Méditerranée en mer Méditerranée.
   – bp a une forte présence dans le delta du Nil oriental grâce à sa joint-venture Pharaonic Petroleum Company (PhPC) et aux actifs exploités par d’autres partenaires. PhPC est un important producteur de gaz avec une production moyenne actuelle d’environ 450 mmcfd de gaz ainsi qu’environ 10 000 barils par jour de condensat. Avec nos partenaires, bp produit actuellement environ 70 % du gaz égyptien.
   – Début 2017, bp a acquis auprès d’Eni une participation de 10 % dans la concession Shorouk, qui contient le champ gazier de Zohr.
   – bp est actionnaire à hauteur de 33 % de l’UGDC, une usine de liquides de gaz naturel (LGN) extrayant du GPL et du propane, en partenariat avec Eni/IEOC et GASCO (la société égyptienne intermédiaire de distribution de gaz).
   – bp est également présent dans le secteur clients et produits en Egypte à travers une participation de 40% dans NGVC. Créée en septembre 1995, NGVC a été la première entreprise en Afrique et au Moyen-Orient à commercialiser le gaz naturel comme carburant alternatif pour les véhicules.

Origine : Communiqué bp

Site internet : https://www.bp.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s