ACEA : les règles Euro 7 auront un impact sur la transition vers des véhicules à zéro émission.

Publié par

L’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a exprimé de « sérieuses inquiétudes » concernant la proposition de la Commission européenne de nouvelles normes d’émissions polluantes pour les voitures et les camionnettes (Euro 7) et les camions et les bus (Euro VII), publiée hier.

Avec les règles Euro 6/VI actuelles, l’UE dispose des normes les plus complètes et les plus strictes en matière d’émissions de polluants (tels que les NOx et les PM) au monde. Les émissions de gaz d’échappement sont déjà à un niveau à peine mesurable en raison de la technologie de pointe des véhicules, a déclaré l’ACEA.

« L’industrie automobile prend très au sérieux son rôle de réduction des émissions de CO2 et de polluants. En effet, l’année dernière, nous avons fait une proposition très constructive pour un nouvel Euro 7 qui apporterait une réduction majeure des polluants critères, améliorant ainsi la qualité de l’air », a déclaré Oliver Zipse, président de l’ACEA et PDG de BMW. « Malheureusement, le bénéfice environnemental de la proposition de la Commission est très limité, alors qu’elle renchérit fortement le coût des véhicules. Il se concentre sur des conditions de conduite extrêmes qui n’ont pratiquement aucune pertinence dans la vie réelle.

La proposition Euro VII est particulièrement sévère pour les camions, a déclaré l’ACEA. L’association représentant la plupart des constructeurs automobiles européens a déclaré que la proposition néglige complètement l’accélération rapide du passage aux véhicules à zéro émission, et ignore également l’effet des futurs objectifs de CO2 pour les véhicules utilitaires lourds.

« Pour se conformer à l’Euro VII, les constructeurs de camions devront déplacer des ressources techniques et financières substantielles des véhicules électriques à batterie et à pile à combustible vers le moteur à combustion interne. Cela aura un impact important sur notre transition vers des véhicules à zéro émission. Ce n’est pas bon pour le climat, pas bon pour la santé des gens et pas bon pour l’industrie », a déclaré Martin Lundstedt, PDG du groupe Volvo et président du Conseil des véhicules utilitaires de l’ACEA.

« Les décideurs politiques devraient se concentrer sur des mesures qui accélèrent le renouvellement de la flotte, en donnant la priorité aux investissements dans les véhicules à zéro émission, qui auront un impact beaucoup plus important à la fois sur la qualité de l’air et sur la réduction des émissions de CO2 », a déclaré Lundstedt.

Le paquet législatif Euro 7/VII ne sera probablement pas prêt avant la mi-2024, surtout compte tenu de la longue liste de tests supplémentaires qu’il couvre, selon l’ACEA. Les dates de mise en œuvre proposées – juillet 2025 pour les voitures et les camionnettes et juillet 2027 pour les véhicules utilitaires lourds – sont irréalistes, étant donné le grand nombre de modèles et de variantes de véhicules qui doivent être développés, conçus, testés et homologués avant cela, a-t-il déclaré. Euro 7/VII risque donc d’être très complexe et coûteux, a déclaré l’ACEA.

La contribution des particules provenant de sources non liées à l’échappement, telles que l’usure des freins et l’abrasion des pneus, dépassera les émissions de particules d’échappement. Ces émissions (de tous les véhicules, y compris électriques) devraient être au centre de la réglementation Euro 7/VII et de la réglementation sur l’homologation des pneus, une fois que de nouvelles procédures de test robustes seront prêtes, a déclaré l’association professionnelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s