Déclaration ministérielle : 24e réunion ministérielle du GECF.

Publié par

La 24e réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) s’est tenue le 25 octobre 2022 au Caire, en République arabe d’Égypte. Son Excellence Tarek El Molla, ministre du pétrole et des ressources minérales de l’Égypte , a présidé la réunion en sa qualité de président de la réunion ministérielle du GECF pour 2022.

La réunion a réuni les ministres de l’énergie et les hauts responsables des membres Algérie, Bolivie, Égypte, Guinée équatoriale, Iran, Qatar, Russie, Trinité-et-Tobago et Venezuela, ainsi que des observateurs Angola, Azerbaïdjan, Irak, Malaisie, Mozambique et Émirats arabes unis.

Le ministre chargé de l’énergie de la Papouasie-Nouvelle-Guinée a assisté à la réunion en tant qu’invité, ainsi qu’un haut responsable mauritanien.

Dans son allocution d’ouverture, SE le Ministre El Mollaa déclaré : « Nous nous réunissons à un moment critique où des efforts mondiaux sont consacrés à la réalisation du trilemme énergétique pour la sécurité, la durabilité et l’abordabilité. En tant qu’hydrocarbure le plus propre, le gaz naturel est considéré comme la solution parfaite qui trouve le juste équilibre et continuera de jouer un rôle clé dans le futur mix énergétique. L’Égypte est impatiente de travailler en étroite collaboration avec tous les membres du GECF pour développer des initiatives applicables et réalistes qui garantissent à la fois la sécurité énergétique et une transition énergétique juste.

La réunion ministérielle a souligné l’objectif du GECF de soutenir la souveraineté permanente de ses pays membres sur leurs ressources naturelles et leur capacité à planifier et à gérer de manière indépendante le développement, l’utilisation et la conservation durables, efficaces et respectueux de l’environnement des ressources en gaz naturel au profit de leur population, y compris par le biais d’une coopération sans restriction avec les pays voisins.

Il a également réitéré l’importance de la coopération et de la coordination entre les pays membres et a réaffirmé son soutien à un dialogue véritable et renforcé entre les producteurs, les consommateurs et les autres parties prenantes concernées dans le but d’assurer la sécurité de la demande et la sécurité de l’approvisionnement, ainsi qu’un dialogue ouvert, marchés du gaz transparents, sans entraves et non discriminatoires.

La réunion ministérielle a longuement débattu de la crise multidimensionnelle qui englobe l’économie, l’énergie, le commerce, la santé, l’environnement et la géopolitique. Il a noté avec inquiétude les risques croissants découlant de perspectives économiques sombres, d’une inflation sans précédent depuis des décennies, du resserrement des conditions financières et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement. L’escalade des tensions géopolitiques couplée aux restrictions économiques imposées à certains pays ont rendu les perspectives encore plus incertaines. Les impacts négatifs sur le niveau de vie des populations sont considérables. Ils sont encore plus importants chez les plus pauvres, et en particulier dans les pays en développement.

La réunion a souligné que les marchés du gaz naturel connaissent des changements spectaculaires en termes de flux physiques, de fonctionnement du marché, d’arrangements contractuels et d’investissements. Il a observé que si les hubs gaziers connaissent une volatilité extrême, les prix des contrats gaziers à long terme sont plus stables et prévisibles. Elle s’est dite très préoccupée par les tentatives visant à modifier les fonctions de découverte des prix et de gestion des risques des marchés et à imposer des plafonds de prix motivés par des considérations politiques. Elle a souligné qu’une telle intervention artificielle dans le fonctionnement du marché ne peut qu’aggraver les tensions sur le marché, décourager les investissements et porter préjudice tant aux producteurs qu’aux consommateurs.

Il a observé que le sous-investissement depuis 2015 en raison de prix du gaz très bas et d’appels malavisés à cesser d’investir dans des projets de gaz naturel a entraîné un déséquilibre entre l’offre et la demande, qui a été exacerbé par les tensions géopolitiques et alors que l’Europe est devenue la destination préférée des cargaisons de GNL pour compenser pour des débits de canalisation réduits. Les tensions sur le marché devraient se poursuivre à moyen terme, car la majorité des nouveaux projets ne seront mis en service qu’après 2025.

La réunion a entendu une présentation sur les perspectives mondiales du gaz, qui prévoit que la part du gaz naturel dans le mix énergétique passera de 23 % aujourd’hui à 26 % en 2050, soutenue par la croissance démographique, le doublement du PIB mondial, l’amélioration du niveau de vie et politiques et technologies visant à améliorer la qualité de l’air et à atténuer le changement climatique. La réunion a réaffirmé que le gaz naturel, l’hydrocarbure le plus propre, jouera un rôle central dans le développement durable et dans une transition énergétique juste et inclusive. Il constitue un levier clé pour atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies et les objectifs à long terme de l’Accord de Paris.

La réunion a exprimé son soutien aux pays africains dans leur lutte pour la réduction de la pauvreté énergétique, en particulier par un accès sans entrave aux ressources financières ainsi qu’une meilleure sécurité énergétique en vue d’apporter la prospérité à leurs populations. Il a appelé à une coopération, conformément à l’ODD 7 des Nations Unies, et au principe général des responsabilités communes mais différenciées de l’Accord de Paris, afin d’assurer des investissements et un financement suffisants dans tous les segments de la chaîne de valeur sur le continent africain, ainsi que de fournir un risque équilibré. partage entre producteurs et consommateurs afin que le gaz naturel accompagne les pays les moins avancés et en développement dans leur lutte pour améliorer la sécurité alimentaire et réduire la précarité énergétique pour assurer une transition énergétique juste et inclusive qui ne laisse personne de côté.

Il a noté l’énorme niveau d’investissement nécessaire pour satisfaire la demande énergétique mondiale croissante. Il a souligné l’importance d’investissements en temps opportun pour la stabilité du marché, et la nécessité cruciale d’un flux sans entrave de ressources financières et d’un accès à la technologie de manière non discriminatoire. Ils ont de nouveau souligné le besoin crucial de sécurité de l’approvisionnement et de sécurité de la demande, et de collaboration pour protéger les infrastructures gazières critiques et renforcer la résilience aux catastrophes naturelles, aux incidents technologiques et aux menaces d’origine humaine, telles que l’utilisation malveillante des technologies de l’information et de la communication.

La réunion a souligné l’importance des infrastructures énergétiques critiques (tant nationales qu’internationales) pour la libre circulation du gaz et le fonctionnement stable des marchés mondiaux du gaz et condamne toute attaque délibérée visant à endommager ces infrastructures.

La réunion a félicité l’Égypte pour la tenue cette année de la Conférence des Nations Unies sur le climat, la COP 27, et a exprimé son espoir et son soutien pour le grand succès de cette importante conférence et a noté que la COP 28 sera également organisée dans un pays membre du GECF, les Émirats arabes unis. La COP 27 et la COP 28 offrent une excellente occasion de plaider en faveur du gaz dans la transition énergétique ainsi que pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies, et en particulier dans le développement de l’Afrique.

La réunion a examiné le rapport de gestion présenté par SE Eng Mohamed Hamel, secrétaire général, et a adopté le rapport financier pour 2021, le budget pour 2023. Elle a écouté des présentations sur les publications phares du Forum, le Global Gas Outlook, l’Annual Short-Term Gas Outlook Market Report et le Bulletin statistique annuel.

La Réunion a eu le plaisir d’adopter la deuxième édition de la Stratégie à long terme du Forum, qui sera accessible au public.

En vue de promouvoir le rayonnement international du GECF, la réunion a accueilli et approuvé la nouvelle procédure des nouveaux membres, des membres observateurs et des partenaires de dialogue.

Il a également noté avec satisfaction les progrès accomplis par l’Institut de recherche sur le gaz ainsi que la signature prévue de l’accord de gouvernement hôte le 8 novembre 2022 à Alger. Il a réitéré l’importance d’élargir la coopération dans les technologies du gaz naturel telles que la capture et le stockage du carbone, le torchage du gaz et la réduction des émissions de méthane et le gaz dans le secteur des transports, et d’explorer de nouveaux domaines pour tirer parti des avantages du gaz naturel pour la production d’hydrogène et d’autres nouveaux gaz.

Les ministres ont exprimé leur satisfaction quant aux progrès accomplis par la République algérienne démocratique et populaire dans les préparatifs du 7e sommet des chefs d’État et de gouvernement du GECF, qui se tiendra à Alger en novembre 2023.

La réunion ministérielle a nommé SE Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de la République de Guinée équatoriale, en tant que président de la réunion ministérielle pour 2023, et SE Saad bin Sherida Al-Kaabi, ministre d’État aux Affaires énergétiques de l’État du Qatar et président-directeur général de QatarEnergy, en tant que suppléant Président pour la même période.

En outre, la réunion ministérielle a nommé M. Dmitry Semyonov de la Fédération de Russie en tant que président du conseil d’administration pour 2023, et l’ing. Alaa Adel Hagar de la République arabe d’Égypte en tant que Président suppléant du Conseil d’administration pour la même période.

La 25e réunion ministérielle du GECF se tiendra à Malabo, en Guinée équatoriale, en octobre 2023.

Les ministres et chefs de délégation ont exprimé leur gratitude à Son Excellence Abdel Fattah El Sisi, président de la République arabe d’Égypte. Ils ont également exprimé leur sincère gratitude à Son Excellence Tarek El Molla, ministre égyptien du pétrole et des ressources minérales pour avoir dirigé et dirigé le GECF sous la présidence égyptienne de 2022, et enfin au gouvernement et au peuple égyptiens pour leur chaleureuse hospitalité et leurs excellentes dispositions.

Origine : Communiqué GECF

Site internet : https://www.gecf.org/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s