Alfa Laval commencera à tester l’ammoniac comme carburant marin en 2023.

Publié par

Alfa Laval commencera bientôt à tester l’ammoniac comme carburant marin au centre de test et de formation Alfa Laval à Aalborg, au Danemark, après avoir reçu l’approbation des autorités. La configuration des tests sera terminée d’ici la fin de 2022, a indiqué la société.

Comme pour le gaz naturel liquéfié (GNL), biocarburants et méthanol, le centre approfondira les connaissances sur la combustion de l’ammoniac et dirigera le développement des technologies embarquées nécessaires.

« Le centre de test et de formation d’Alfa Laval explorera les propriétés de l’ammoniac et son comportement dans une large gamme de systèmes », déclare Lars Skytte Jørgensen, vice-président, Développement technologique, Systèmes énergétiques d’Alfa Laval. « Cela inclut les systèmes de combustion, tels que les brûleurs des chaudières Alfa Laval Aalborg, mais également les systèmes d’alimentation en combustible et les piles à combustible, en d’autres termes, la chaîne complète de préparation et de manipulation du combustible, où nous examinerons à la fois l’efficacité et la sécurité. Avec l’approbation de notre configuration de test, nous pouvons être les premiers dans la course à la mise en œuvre de l’ammoniac. »

Basé à Lund, en Suède, Alfa Laval est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de produits de premier ordre dans les domaines du transfert de chaleur, de la séparation et de la gestion des fluides. Récemment, Alfa Laval a acquisDésmet, qui fait partie du groupe Desmet Ballestra, un leader mondial dans l’ingénierie et la fourniture d’usines de traitement et de technologies pour les secteurs des huiles alimentaires et des biocarburants. L’acquisition de Desmet renforcera la position d’Alfa Laval sur le marché en ajoutant du savoir-faire et de l’expertise pour accélérer les innovations futures dans les domaines de l’alimentation humaine et animale et des biocarburants et soutenir la transformation d’Alfa Laval vers les carburants renouvelables.

Doubles barrières et tests isolés

« La sécurité est la première considération dans toute situation de test », déclare Jørgensen à propos des plans du centre. « Les réglementations de sécurité existantes traitent de l’ammoniac comme liquide de refroidissement ou engrais, alors que l’utilisation de l’ammoniac comme carburant en mer est un tout nouveau domaine. Dans notre communication avec les autorités, il y a eu beaucoup de discussions sur ce qui était nécessaire pour des tests marins sûrs. »

La configuration de test comprend un réservoir d’ammoniac à double paroi à une distance de sécurité des autres carburants, ainsi que des tuyaux à double paroi avec des soudures encapsulées pour tous les tuyaux vers et depuis le centre. Ces barrières reflètent les mesures de sécurité qui seront probablement requises pour l’ammoniac sur les futurs navires. Initialement, les tests eux-mêmes auront lieu dans une enceinte dédiée, en utilisant des quantités suffisamment petites pour une ventilation d’urgence sans risque pour l’environnement ou les ingénieurs impliqués. À un stade ultérieur, des essais à grande échelle commenceront en utilisant à la fois des chaudières et des piles à combustible.

Une fois la configuration des tests approuvée, Alfa Laval commencera les tests d’ammoniac au début de 2023.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s