Le marché russe reste crucial pour Fuchs.

Publié par

Au cas où quelqu’un aurait interprété les commentaires de juin par Fuchs Petrolub SE Comme indication qu’elle réduisait ses opérations en Russie, la société allemande a déclaré la semaine dernière qu’elle augmentait ses ventes sur le marché, qu’elle juge trop important pour quitter.

Lors d’un webinaire la semaine dernière, des responsables de la filiale de Fuchs en Russie ont déclaré que la société avait introduit un certain nombre de nouveaux produits afin de faire face à l’indisponibilité des emballages d’additifs chimiques des principaux fournisseurs de ces matériaux. La société prévoit d’introduire des produits supplémentaires, ont déclaré des responsables.

Dans les semaines et les mois qui ont suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février, un certain nombre de distributeurs occidentaux de lubrifiants ont interrompu leurs ventes en Russie, conformément aux sanctions imposées par les pays de l’Union européenne et les États-Unis. Ces sociétés comprenaient Coquille,ExxonMobil et TotalEnergies.

Fuchs, le plus grand fabricant indépendant de lubrifiants au monde, a déclaré à Lube Report en juin qu’il « ne fournit plus de matières premières et de produits finis à la Russie. L’entreprise locale en Russie fonctionne sur une base limitée et les produits ne sont fabriqués localement que pour le marché russe. La société possède et exploite une usine de mélange dans la ville de Kaluga avec une capacité de fabrication de 40 000 tonnes métriques de lubrifiants finis par an.

Le 2 septembre, la filiale de Fuchs en Russie a organisé un webinaire sur ses opérations dans le pays. Le directeur général Nikolay Kuznetsov a déclaré que la société avait introduit un certain nombre de produits locaux formulés avec des packages d’additifs qui remplacent ceux précédemment fournis par les principaux producteurs de l’industrie.

Cette partie du portefeuille comprend désormais des huiles moteur répondant aux API la spécification CI-4 pour les huiles pour moteurs diesel à usage intensif et la spécification API SN pour les huiles pour moteurs à essence ; huiles hydrauliques, huiles pour transformateurs électriques; fluides pour le travail des métaux; et graisses. En outre, il prévoit de reprendre la production d’huiles de marque Ganymet pour les moteurs à gaz stationnaires et l’antigel automobile, a déclaré Kuznetsov.

Un porte-parole du siège de Fuchs à Mannheim, en Allemagne, a déclaré aujourd’hui que la société n’avait pas modifié le cours de ses opérations en Russie depuis juin et que sa déclaration depuis lors restait exacte. Le porte-parole a ajouté : « Fuchs respecte pleinement toutes les sanctions à l’échelle mondiale. Aucune assistance technique et/ou livraison de produits et/ou de matières premières en Russie ne sont fournies/expédiées depuis une filiale Fuchs dans le monde.

Au cours du webinaire, les responsables ont discuté de divers développements qui ont gravement perturbé l’industrie mondiale des lubrifiants ces dernières années, notamment la pandémie de COVID-19, les pénuries et les accidents d’huile de base et les intempéries qui ont entravé les usines d’additifs pour lubrifiants.

Les responsables n’ont pas mentionné qu’Infineum, Lubrizol, Chevron Oronite et Afton Chemical – qui fournissent ensemble la plupart des packages d’additifs utilisés par l’industrie mondiale – se sont tous retirés de Russie après l’invasion de l’Ukraine. Cela a paralysé la capacité des mélangeurs de lubrifiants du pays à fabriquer des produits répondant aux dernières normes de performance de l’industrie et des fabricants d’équipement d’origine. Des sources du marché ont déclaré que les sociétés de lubrifiants avaient recherché des additifs de remplacement auprès de fournisseurs qui n’avaient pas les approbations pour les dernières spécifications.

Kuznetsov a reconnu les sanctions imposées à la Russie par des gouvernements étrangers et s’est dit préoccupé par le fait que le marché local des lubrifiants pourrait ressentir de nouveaux impacts de la dernière série de mesures, qui est entrée en vigueur fin juillet.

Il a ajouté que la politique « d’importation parallèle » de Moscou n’avait pas entièrement compensé la perte d’approvisionnement en lubrifiants due au retrait des entreprises étrangères, déclarant que les importations de lubrifiants vers la Russie avaient diminué de 15 000 à 20 000 tonnes par mois depuis février. Dans le cadre de ce programme, Moscou publie une liste de produits sanctionnés qui peuvent être importés et vendus dans le pays sans égard aux protections des marques et des droits d’auteur.

Web : fuchs.com/group

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s