FuelsEurope salue les « discussions constructives » sur les normes de CO2 des véhicules.

Publié par

FuelsEurope, anciennement EUROPIA, a salué « les discussions constructives et l’accord au Conseil [européen] sur les normes de CO2 des véhicules », plusieurs États membres européens apportant « de nouveaux éléments importants » à la table. FuelsEurope, une division de l’Association européenne des raffineurs de pétrole, est un groupe de pression industriel opérant en Belgique. Les membres de FuelsEurope représentent près de 100 % de la capacité de raffinage du pétrole de l’Union européenne (UE) et plus de 75 % des ventes au détail de carburant de l’UE.

Selon le groupe commercial de l’industrie du raffinage du pétrole de l’UE, « le résultat reconnaît le rôle critique de l’électrification mais aussi le potentiel des véhicules ICE hybrides avec des carburants renouvelables pour donner aux citoyens une voie supplémentaire pour accéder à des transports climatiquement neutres. Cela signifie plus de choix pour les citoyens, en particulier pour accéder à de nouveaux véhicules à moindre coût, et également pour maintenir les emplois dans les technologies ICE hybrides propres de classe mondiale en Europe. C’est pourquoi ces évolutions sont progressives ; pour FuelsEurope, il ne s’agissait jamais de réduire l’ambition – il s’agissait de permettre plus de voies et de soutenir davantage d’investissements dans les énergies renouvelables sous des formes d’énergie moléculaire.  

 « Pouvons-nous respecter la norme des carburants neutres pour le climat à grande échelle, exclusivement fournis aux véhicules neufs ? Nous avons déjà fait nos devoirs pour montrer de manière décisive que nous le pouvons. Le potentiel d’augmentation de la production de biocarburants avancés durables et de carburants synthétiques est très important, comme en témoignent des études d’experts décrivant la disponibilité de matières premières (non alimentaires) supplémentaires en Europe. Parallèlement à la stratégie d’électrification existante, la voie à suivre doit inclure une voie pour apporter de nouveaux approvisionnements en carburants renouvelables sur le marché d’une manière qui donne aux gouvernements, aux citoyens en tant que clients et aux investisseurs les assurances dont chacun a besoin, et nous devons éviter de créer un risque politique inutile qui peut faire obstacle », a déclaré John Cooper, directeur général de FuelsEurope.

« Nous devrions tous reconnaître que, même si nous pensons que ce règlement s’applique aux constructeurs automobiles, en termes sociétaux, il réglemente ce que les citoyens peuvent acheter à l’avenir. Étant donné qu’aujourd’hui, environ 90 % des acheteurs de voitures achètent encore des véhicules équipés d’ICE, et plus de 95 % utilisent des carburants liquides, il est tout simplement logique d’ouvrir le règlement pour reconnaître les carburants neutres pour le climat. Elle accélère également la transition vers les carburants liquides, qui sont toujours essentiels à la résilience et à la sécurité de l’économie et de la société européennes.»

« Inspirés par ces résultats, nous redoublerons d’efforts pour faire des carburants renouvelables dans les transports terrestres une contribution significative et constructive à la réalisation des objectifs du Green Deal, et pour apporter toute l’aide nécessaire à la Commission pour son processus d’évaluation avant l’examen de 2026. », a déclaré FuelsEurope dans un communiqué.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s