La consommation française de produits énergétiques en avril 2022.

Publié par

« Les livraisons de carburants routiers sont en hausse de 15,5 % en avril*, celles de carburéacteur augmentent de 115,4 %. Au global, la consommation des produits pétroliers énergétiques affiche une bonne dynamique sur le mois mais reste en deçà de son niveau d’avant covid. »

Selon les derniers chiffres publiés par le CPDP**, les livraisons de carburants routiers sur le marché français ont augmenté de 15,5 % en avril 2022* pour atteindre 4,035 millions de m3.

Plus spécifiquement, les livraisons de supercarburants sans plomb affichent une hausse de 33,1 % par rapport à avril 2021 (et en hausse de 9,8 % par rapport à avril 2019, avant covid) ; celles des gazoles progressent de 10,3 %, mais restent en retrait de 10,9 % par rapport à avril 2019, confirmant la tendance observée d’un rebasculement d’une partie des consommations de gazole vers celles des essences.

Ainsi, la part des gazoles dans la consommation française de carburants routiers, tout en restant prépondérante à 73,9 %*** en avril 2022, continue de s’affaiblir (- 3,5 points par rapport à avril 2021).

Les livraisons de carburéacteur ont atteint 0,550 million de m3, enregistrant une forte hausse de 115,4 % par rapport à avril 2021, mais elles restent toujours en deçà des niveaux d’avant covid (- 25,0 % par rapport à avril 2019) ; Les livraisons de gazole non routier baissent de 8,3 % à 0,435 million de m3 ; Celles du fioul domestique sont en baisse de 41,3 % à 0,268 million de m3.

Au total, les livraisons de produits pétroliers énergétiques en avril 2022 s’élèvent à 4,400 millions de tonnes, en hausse de 12,4 % par rapport à avril 2021. Elles restent en baisse de 10,4 % par rapport à avril 2019 avant covid. En cumul sur 12 mois (mai 2021 – avril 2022), les livraisons augmentent de 12,4 % pour s’établir à 54,9 millions de tonnes.

« Malgré un contexte géopolitique particulièrement tendu du fait de la situation toujours préoccupante en Ukraine et de l’accélération des rumeurs d’embargo européen sur le pétrole russe, les consommations du mois d’avril sont restées particulièrement dynamiques sur les carburants routiers soutenus par l’entrée en vigueur au 1er avril de la remise de l’Etat (15 c€/l HT) qui a fait baisser les prix des carburants à la pompe, et sur les livraisons de carburéacteur, du fait de la reprise d’activité du transport aérien. Pour autant, la demande de produits pétroliers reste en dessous de son niveau d’avril 2019 avant covid » a déclaré Olivier Gantois, président d’Ufip Énergies et Mobilités.

*Par rapport à avril 2021
**Comité Professionnel du Pétrole
*** volume

Origine : Communiqué Ufip Énergies et Mobilités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s