Neptune Energy annonce son objectif de stocker plus de carbone qu’elle n’en émet d’ici 2030.

Publié par

Neptune Energy a annoncé son objectif d’aller au-delà du zéro net et de stocker plus de carbone que ce qui est émis par ses opérations et l’utilisation de ses produits vendus d’ici 2030.

La société progresse actuellement dans deux développements de captage et de stockage du carbone (CSC) dans les secteurs néerlandais et britannique. de la mer du Nord qui pourrait la voir stocker plus de 9 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone (CO2) par an pour des tiers d’ici la fin de cette décennie. Cela dépasserait ses émissions directes projetées (Scope 1) et les émissions résultant de l’utilisation de ses produits vendus (Scope 3).

L’objectif de Neptune sera soutenu par une stratégie actualisée, axée sur la production d’énergie à faible émission de carbone et sur des pôles énergétiques intégrés.

1. Production d’énergie à faible émission de carbone : produire du gaz et du pétrole à faible émission de carbone de manière sûre et efficace

Neptune se concentrera sur l’électrification là où il est économique de le faire et continuera de réduire les émissions de ses opérations.

La société continuera de cibler la production dans ses principales régions productrices, en maintenant son portefeuille pondéré en gaz et en réduisant son intensité carbone. Les nouveaux développements gaziers et pétroliers conformes à sa stratégie à faible émission de carbone seront prioritaires, ainsi que ceux qui offrent des opportunités d’intégration des systèmes énergétiques.

Étant donné que le portefeuille de Neptune est plus faible en carbone en raison des mesures déjà prises, de nouvelles améliorations opérationnelles n’auront probablement qu’un impact modeste sur l’intensité des émissions du Groupe. Neptune poursuivra donc l’électrification pour décarboner certains de ses actifs les plus productifs là où il est économique de le faire et où le régime réglementaire est favorable. Par conséquent, son objectif à court terme pour l’électrification est la Norvège.

D’ici fin 2022, plus de 35 kboepd de la production annuelle nette de Neptune seront électrifiés. Avec d’autres projets prévus en Norvège, l’entreprise vise à électrifier environ 50 kboepd d’ici 2027.

2. Hubs énergétiques intégrés : utiliser l’infrastructure existante et la capacité d’intégrer les systèmes énergétiques

La stratégie de pôle énergétique intégré de Neptune offre une opportunité de stimuler la décarbonation offshore, en prolongeant la durée de vie des actifs offshore et en les réaffectant pour faciliter le stockage du CO2 et la production d’hydrogène, en utilisant du gaz domestique à faible intensité de carbone ou de l’énergie éolienne. En prolongeant la durée de vie du champ, l’électrification pourrait devenir plus économique, aidant à décarboniser davantage la production existante. Cette stratégie s’appuie sur l’expérience de la société en matière de CCS aux Pays-Bas et en Norvège.

Neptune, avec ses partenaires, développe actuellement le projet L10 CCS aux Pays-Bas, qui pourrait stocker jusqu’à 5 millions de tonnes de carbone par an. La société prévoit de préparer le projet FEED d’ici la fin de 2022, avec une décision d’investissement finale attendue en 2023. La première injection de carbone pourrait avoir lieu en 2026.

Neptune poursuit également une licence de stockage et d’évaluation CCS au Royaume-Uni, ainsi que d’autres opportunités potentielles au Royaume-Uni et en Norvège.

Grâce au CSC, Neptune vise à stocker plus de carbone pour les émetteurs tiers que ce qui est émis par ses opérations et l’utilisation de ses produits vendus d’ici 2030.

À 6 kg de CO2/bep, l’intensité carbone du portefeuille exploité de Neptune est déjà parmi les plus faibles du marché. secteur et en avance sur la moyenne de l’industrie de 15 kg CO2/bep. L’intensité en méthane de sa production exploitée est de 0,02 %, inférieure à la moyenne de l’industrie de 0,20 % et Neptune reste sur la bonne voie pour atteindre zéro émission nette de méthane d’ici 2030.

Pete Jones, PDG de Neptune Energy, a déclaré : « Neptune a l’une des intensités de carbone les plus faibles du secteur en raison des mesures que nous avons déjà prises pour réduire les émissions opérationnelles. Nous avons à la fois l’infrastructure et l’expérience de l’électrification et du CSC pour accélérer nos ambitions.

« Le gaz continuera de jouer un rôle crucial dans la décarbonisation à l’échelle mondiale, tout en étant vital pour la sécurité énergétique. Notre portefeuille pondéré en gaz nous positionne bien et nous l’utiliserons pour intégrer les systèmes énergétiques, en augmentant le stockage de CO2, l’électrification et la production d’hydrogène, dans le but de stocker plus de carbone que nous n’en émettons d’ici 2030. »

Neptune a également annoncé aujourd’hui des changements visant à simplifier son équipe de direction conformément à ses priorités stratégiques :

   – Armand Lumens ajoutera l’informatique à son rôle actuel de directeur financier. Après avoir réalisé avec succès les principales priorités du programme de transformation numérique de Neptune, Kaveh Pourteymour, actuellement CIO, quittera l’entreprise pour poursuivre d’autres opportunités.

   – Philip Lafeber, actuellement vice-président des opérations pour l’Afrique du Nord et l’Asie-Pacifique, assumera le nouveau rôle de vice-président, HSEQ et des services techniques, avec la responsabilité de l’assurance technique du HSEQ, des projets et de l’ingénierie, des opérations et de l’électrification, du forage et des puits , et la chaîne d’approvisionnement et la logistique. Mark Richardson, actuellement vice-président, Projets et ingénierie, prendra sa retraite après avoir supervisé la livraison réussie des projets Gjøa P1, Duva et Merakes l’année dernière.

   – Les activités britanniques et norvégiennes de Neptune seront réunies et rapporteront au directeur général de Neptune, Norvège et Royaume-Uni, Odin Estensen. Neptune conservera ses bureaux à Aberdeen et à Stavanger, les équipes de direction locales restant dans le pays. Alix Thomas, actuellement MD, Royaume-Uni, assumera le rôle de MD, Égypte.

   – Eko Lumadyo, actuellement MD, Indonésie, assumera la responsabilité supplémentaire des activités australiennes de Neptune, devenant MD, Asie-Pacifique.

Remarques :

Les émissions combinées projetées des champs d’application 1 et 3 de Neptune sont de 8,7 millions de tonnes de CO2e en 2030. Moins de 0,5 % des émissions totales des champs d’application 1, 2 et 3 de Neptune sont des émissions de champ d’application 2. Nous travaillons avec nos partenaires pour calculer les émissions du champ d’application 2 sur la base de la participation au capital en 2022.

Origine : Communiqué Neptune Energy

Site internet : https://www.neptuneenergy.com/en

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s