L’ACEA déclare que la date cible de 2025 pour l’Euro 7/VII n’est plus réalisable.

Publié par
ACEA

Le calendrier ambitieux des nouvelles normes d’émissions des véhicules de l’UE, Euro 7/VII, qui a été proposé par l’Association des constructeurs automobiles européens (ACEA) en juin 2021 n’est plus réalisable, selon l’organisation représentant les 16 principaux constructeurs automobiles, camions, camionnettes et camionnettes d’Europe. constructeurs d’autobus. 

L’ACEA a initialement suggéré une date cible du 1er septembre 2025 pour les nouveaux types et du 1er septembre 2026 pour tous les nouveaux enregistrements pour 7 euros (Véhicules Légers) et le 31 décembre 2025 pour les nouveaux types et le 31 décembre 2026 pour toutes les nouvelles immatriculations pour Euro VII (Véhicules lourds).

Bien que la proposition de l’ACEA pour le contenu de l’Euro 7/VII soit toujours valable, le calendrier ambitieux proposé par l’ACEA en juin 2021 n’est malheureusement plus réalisable en raison de ces retards.

Nous demandons à la Commission européenne d’examiner la nature des nouvelles réglementations Euro 7/VII dans le contexte de la transition massive que traverse notre industrie pour offrir une mobilité neutre en carbone.

Cependant, depuis juin 2021, la Commission européenne a reporté la date d’adoption de l’Euro 7/VII du quatrième trimestre 2021 au 5 avril 2022.

En outre, les discussions sur les objectifs de CO2 pour les voitures particulières et les camionnettes ont commencé, avec un durcissement significatif du niveau d’ambition attendu, a déclaré l’ACEA.

De plus, « il n’y a toujours pas d’indication claire de la part de la Commission sur ce à quoi ressembleront les propositions Euro 7/VII », depuis la clôture du processus du groupe consultatif sur les normes d’émission des véhicules (AGVES) en avril 2021. Le groupe consultatif a été créé en rejoignant tous les groupes d’experts compétents travaillant sur la législation sur les émissions, afin de fournir des conseils techniques à la Commission européenne pour le développement des normes d’émission post-Euro 6/VI pour les véhicules à moteur.

« Nous appelons la Commission européenne à examiner la nature des nouvelles réglementations Euro 7/VII dans le contexte de la transition massive que traverse notre industrie pour offrir une mobilité neutre en carbone », a déclaré l’ACEA.

« Si l’Euro 7/VII est plus complexe qu’il ne devrait l’être, alors plus de temps sera nécessaire et cela commencera à empiéter sur les plans de défossilisation des équipementiers et pourrait complètement changer la façon dont ils abordent l’Euro 7/VII pour les véhicules ICE par rapport à un calendrier antérieur », a déclaré le directeur des émissions et des carburants de l’ACEA, Paul Greening, dans une interview avec Aperçu d’Infineum.

La nécessité d’Euro7/VII devrait être évaluée par rapport à ce que les mesures existantes apporteront pour améliorer la qualité de l’air afin de déterminer si une nouvelle réglementation est nécessaire pour combler tout écart, ou si d’autres mesures pourraient être plus proportionnelles, a-t-il déclaré.

« Je vois une certaine inquiétude quant au fait que l’Euro 7/VII pourrait être utilisé comme un outil pour encourager les équipementiers à s’éloigner de l’ICE vers l’électrification. L’électrification des véhicules est une solution pour le transport routier que la Commission actuelle défend sur tous les fronts dans le cadre du « paquet Fit for 55 » adopté en juillet de cette année [2021] et actuellement en discussion entre le Conseil et le Parlement européen. En tant qu’industrie, nous devons être en mesure d’allouer des ressources financières et techniques à la défossilisation et à la réduction des émissions de CO2. »

« Il est important de trouver une approche sensée à l’Euro 7/VII, car même si cela peut être considéré par certains comme une question secondaire, cela pourrait également finir par être une diversion complexe et coûteuse », a déclaré Greening à Infineum Insight.

Dans sa proposition de juin 2021, l’ACEA a déclaré que si normalement l’industrie insisterait sur un délai minimum de quatre ans pour développer un nouveau matériel, elle pourrait accepter un délai de trois ans pour Euro 7/VII.

En outre, qu’il ne devrait y avoir aucun autre amendement pendant cinq ans, à partir du moment où l’Euro 7/VII deviendra obligatoire, « pour donner une stabilité obligatoire à l’industrie », ainsi qu’aucun autre amendement à l’Euro 6/VI.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s