L’OPEP lance son Bulletin statistique annuel 2021.

Publié par
OPEC launches its 2021 Annual Statistical Bulletin

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole ( OPEP ) a lancé l’édition 2021 de son Bulletin statistique annuel (BNA), par visioconférence.

Le lancement s’est déroulé en présence de SE Mohammad Sanusi Barkindo, Secrétaire général de l’OPEP ; le professeur Thomas Lindner de l’Executive Academy de l’Université d’économie et de commerce de Vienne ; ainsi que les membres de la direction au Secrétariat. Il a été diffusé en direct via le site Web de l’Organisation et le compte YouTube officiel.

Dans sa 56e édition, l’ASB continue de fournir un large éventail de données sur l’industrie mondiale du pétrole et du gaz, en plus des indicateurs économiques clés, servant de référence de l’industrie pour des informations fiables et opportunes pour diverses parties prenantes de l’industrie, y compris les décideurs politiques, les universitaires et les analystes de l’industrie. La publication contient des données chronologiques détaillant les aspects clés de l’industrie pétrolière, tels que la production, la demande, les importations, les exportations, l’exploration, le transport et le raffinage.

Il présente également des statistiques clés sur les activités pétrolières et gazières dans les 13 pays membres de l’OPEP : Algérie, Angola, Congo, Guinée équatoriale, Gabon, RI d’Iran, Irak, Koweït, Libye, Nigéria, Arabie saoudite, Émirats arabes unis et Venezuela.

Conformément aux efforts du Secrétariat pour améliorer l’accès à la publication, l’ASB de cette année est disponible en version interactive et en PDF sur le site Web de l’OPEP, ainsi que via une application intelligente compatible avec les plateformes iOS et Android.

Dans ses remarques, le Secrétaire général a souligné l’importance cruciale de l’exactitude et de la transparence des données pour soutenir la stabilité du marché mondial du pétrole.

« À l’OPEP, nous nous engageons à améliorer la transparence des données grâce à une large diffusion de données pétrolières et gazières précises et opportunes, non seulement pour l’ASB, mais pour toutes nos publications », a-t-il déclaré. « En effet, maintenir la transparence dans tout ce que nous faisons sous-tend notre objectif principal d’établir une stabilité durable du marché du pétrole. »

Les remarques d’ouverture ont été suivies d’une table ronde dirigée par Mme Boshra AlSeiari, chef du département des services de données de l’OPEP, se concentrant sur les principaux faits saillants de la publication, notamment :

1- La production mondiale totale de pétrole brut a diminué en 2020 de 6,15 millions de barils par jour (mb /j), soit 8,2 % par rapport à 2019, pour atteindre une moyenne de 69,09 mb/j, marquant une baisse historique d’une année sur l’autre notamment après le déclenchement de la pandémie de COVID-19. La production de pétrole brut de l’OPEP a fortement diminué en glissement annuel de 3,72 mb/j, soit 12,7 %, tandis que la production de brut des pays non membres de l’OPEP a chuté de 2,43 mb/j, ou 5,3 %.
2- Avec une moyenne de 90,73 mb/j en 2020, la demande mondiale de pétrole a été fortement impactée par la pandémie de COVID-19 et a chuté d’un historique de 9,30 mb/j en glissement annuel. La demande de pétrole dans les pays de l’OCDE a fortement chuté en 2020, tandis que dans les pays non membres, elle a baissé pour la première année de l’histoire. La demande de pétrole dans les pays membres de l’OPEP a été atone en 2020, perdant 8,2% en glissement annuel. Les distillats et l’essence représentaient environ 55,1% de la demande mondiale de pétrole en 2020 avec une forte tendance à la baisse, dans le cadre des mesures de confinement du COVID-19. Les besoins en mazout résiduel représentaient environ 7,1 % de la demande totale de pétrole en 2020.
3- Les pays membres de l’OPEP ont exporté en moyenne 19,70 mb/j de pétrole brut en 2020, une forte baisse d’environ 2,78 mb/j, ou 12,4 %, par rapport à 2019 et marquant la quatrième baisse annuelle consécutive. Suivant le modèle des années précédentes, la majeure partie du pétrole brut des pays membres de l’OPEP – 14,43 mb/j ou 73,2 pour cent – ​​a été exportée vers l’Asie, en particulier la Chine et l’Inde. Des volumes considérables de pétrole brut – environ 3,13 mb/j – ont également été exportés vers l’Europe de l’OCDE en 2020, ce qui représente toutefois une baisse par rapport aux 3,74 mb/j enregistrés en 2019. Les Amériques de l’OCDE ont importé 0,84 mb/j de pétrole brut de l’OPEP. Pays membres, soit environ 0,38 mb/j, soit 31,1 %, de moins que les volumes de 2019.
4- Les exportations de produits pétroliers des pays membres de l’OPEP ont atteint en moyenne 3,48 mb/j en 2020, en baisse d’environ 0,40 mb/j, ou 10,4 %, par rapport à 2019. Les importations de produits pétroliers des pays membres de l’OPEP se sont établies en moyenne à 1,52 mb/j en 2020, soit environ 0,17 mb/j, ou 9,8 %, de moins qu’en 2019.
5- Les réserves mondiales prouvées de pétrole brut s’élevaient à 1 549 milliards de barils à la fin de 2020, en hausse de 0,2 % par rapport au niveau de 1 546 milliards de barils enregistré à fin 2019. Les réserves prouvées de pétrole brut dans les pays membres de l’OPEP ont augmenté de 0,3 % pour atteindre 1 237 milliards de barils fin 2020, après une forte augmentation en 2019.
6- À la fin de 2020, les réserves mondiales prouvées de gaz naturel ont chuté de 0,4 pour cent à environ 206,7 billions de mètres cubes standard (m3). Les réserves prouvées de gaz naturel dans les pays membres de l’OPEP s’élevaient à 73,74 tonnes m3 standard à la fin de 2020, en baisse de 1,4 % par rapport au niveau de fin 2019.
7- La capacité mondiale de raffinage a diminué de 0,3 million de barils/jour calendaire (b/ cd) pour s’établir à 101,1 mb/cd en 2020. La zone hors OCDE, notamment la Chine, les autres Asie et le Moyen-Orient, a enregistré des augmentations de capacité de raffinage. La capacité des raffineries de l’OCDE a fortement diminué en 2020 par rapport à 2019. À l’échelle mondiale, le débit des raffineries a chuté d’un niveau historique de 9,1 % pour atteindre 78,0 mb/j en 2020, dans un contexte de demande de pétrole baissière pendant la pandémie de COVID-19.
8- Le panier de référence de l’OPEP s’est établi en moyenne à 41,47 $/b en termes nominaux en 2020, contre 64,04 $/b en 2019, soit une forte baisse de 22,57 $/b, ou 35,2 %. Le niveau de volatilité était de 12,55 $/b, soit 30,3 %, par rapport à la moyenne annuelle.

Une session de questions-réponses avec les journalistes et analystes présents a eu lieu après la table ronde. Une vidéo spéciale mettant en évidence les principales conclusions de l’ASB a également été projetée lors du lancement.

Origine : Communiqué OPEC

Site internet : http://www.opec.org/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s